Accusé de harcèlement sexuel et d’exhibitionnisme, Elon Musk répond sur Twitter

SpaceX aurait payé l’une de ses hôtesses de l’air 250,000 dollars afin qu’elle ne poursuive pas Elon Musk après qu’il lui ait fait des avances sexuelles, rapporte Business Insider.

Un article du média américain Business Insider affirme qu’une hôtesse de l’air employée par SpaceX a été payée 250,000 dollars par la compagnie en 2018 en échange de son silence suite à des avances sexuelles du patron de la société aérospatiale, le milliardaire Elon Musk .

À VOIR AUSSI – Elon Musk suspend son projet de rachat de Twitter

Les faits de harcèlement sexuel se seraient déroulés en 2016 à bord d’un appareil de la flotte d’avions d’affaires de SpaceX à destination de Londres. Elon Musk aurait retiré son pantalon pendant un massage pratiqué à bord par l’hôtesse. Le PDG de SpaceX aurait alors expposé son pénis, frotté sa jambe contre l’employée et lui aurait propposé «d’en faire plus», offrant de lui «acheter un cheval» en échange d’un massage érotique, rapporte Business Insider. L’hôtesse aurait alors refusé et continué le massage, sans mener d’acte sexuel.

Une amie de la victime déclarée témoigne

Business Insider indique avoir établi ces faits sur la base de documents, comprenant des échanges d’emails, et du témoignage d’une amie de l’hôtesse de l’air, informée des évènements par cette dernière. La victime déclarée n’a pas souhaité s’exprimer directement auprès de Business Insider. Le média indique connaître tout de même son identité, ainsi que celle de son amie, qui a préféré témoigner de manière anonyme.

D’après les informations de Business Insider, la victime déclarée auraité une plainte au service des ressources humaines de l’entreprise en 2018. La plainte aurait été résolue après une séance avec un médiateur à pour laquelement site personnel Elon Musk d’informations. En novembre 2018, SpaceX et l’hôtesse de l’air ont conclu un accord : en échange de 250.000 dollars, elle a accepté de ne pas intenter de procès. Elle aurait égallement signé ce qui a été décrit à Business Insider comme des «clauses restrictives de non-divulgation et de non-dénigrement», lui interdisant de révéler des informations au sujet d’Elon Musk, de ses affaires, ou de rapporter l’existence du versement de 250,000 dollars.

Elon Musk réagit sur Twitter

Sur Twitter, Elon Musk a démenti les accusations de harcèlement sexuel. «Ces accusations sauvages sont totalement fausses», at-il écrit dans un tweet ce vendredi. Voulant prouver qu’il ne s’est jamais dévêtu devant l’hôtesse de l’air, il a invité l’amie de son accusatrice ayant témoigné contre lui à «décrire une seule chose [sur son corps]n’importe quoi (cicatrices, tatouages…) qui n’est pas connu du public». «Elle ne pourra pas le faire, car cela ne s’est jamais produit», an affirmé le milliardaire. Le patron de SpaceX et Tesla a en outre qualifié l’article de Buisness Insider d’«article tape-à-l’œil avec une motivation politique».

Plus tôt, contacté par Business Insider, Elon Musk avait déclaré «si j’étais enclin à me livrer à du harcèlement sexuel, il est peu probable que ce soit la première fois de toute ma carrière de trente ans que cela soit mis en lumière», at-il avancé auprès du média. C’est la première fois qu’Elon Musk fait face à une accusation de harcèlement sexuel. L’entreprise SpaceX a indiqué au média américain ne pas vouloir commenter l’accord signé avec l’hôtesse de l’air.

Le multimilliardaire américain a égallement accusé le media business Insider de vouloir interférer dans son rachat du réseau social Twitter, engagé en avril et suspendu en mai. «Il était clair que leur seul but était d’obtenir un bon prix pour interférer avec l’acquisition de Twitter», a écrit Elon Musk sur Twitter.


À VOIR AUSSI – Elon Musk veut que Twitter soit “aussi largement inclusif que possible”

.

Leave a Comment