Ajaccio: un décès suite à une invasive infection à méningocoque

L’agence régionale de santé de Corse indique dans un communiqué ce vendredi 2 septembre qu’un décès lié à une invasive infection à méningocoque à Ajaccio. La personne, dont l’âge et le sexe n’ont pas été communiqués, a été atteinte d’un “purpura fulminans”, une form grave de septicémie. Elle avait été price en charge au center hospitalier de la Miséricorde.

L’ARS explique que “toutes les personnes identifiées comme contact à risque ont bien bénéficié d’un traitement antibiotique pour éviter la survenue de nouveaux cas”. Aucun autre cas d’infection n’a pour le moment été détecté. Les risques de contamination par le méningocoque “sont exceptionnels” car le germe est “très fragile dans le milieu exterieur” souligne l’ARS. “Aucune autre mesure n’est nécessaire, ni éviction scolaire ou professionnelle pour les sujets contacts ayant cotoyé le malade, ni aucune désinfection des locaux ou fermeture d’établissement n’est recommandée” poursuit le communiqué.

Des infections très rares

Les meningocoques sont des “bactéries normalement présentes dans la gorge et le nez de nombreuses personnes” explique le site du ministère de la Santé. “Le plus souvent, les méningocoques n’entraînent pas de maladies particulières, mais dans certains cas, ils peuvent provoquer des maladies très graves comme les méningites ou les septicémies”. Deux symptômes de ces infections doivent alerter selon le ministère, à savoir “une fièvre élevée mal tolérée” et “une ou plusieurs taches rouges ou violacées d’apparition rapide”.

Environ 500 cas d’infections invasives à méningocoque sont recensés par an en France, soit un taux d’incidence de moins de 1 malade pour 100 000 habitants selon les chiffres de Santé Publique France. Ces infections font en moyenne 50 à 60 morts chaque année dans le pays (entre 10% et 12% des cas enregistrés). Elles peuvent égallement provoquer plusieurs séquelles comme une surdité, des atteintes neurologiques, des amputations et des cicatrices cutanées. Les nourrissons, les jeunes enfants et les jeunes adultes de moins de 24 ans sont en majorité touchés.

Leave a Comment