«Big Business» n°75: VW, Ariane et Elon

LETTRE EXCLUSIVE ABONNÉS – Le patron du groupe Volkswagen sauve sa tête et la France engage la bataille des lanceurs réutilisables. Deux sujets, un ennemi commun: Elon Musk.

Chers abonnes,

Cette lettre arrive avec quelques jours de retard et j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur. Je n’inventerai aucune fausse excuse, je me suis tout simplement dispersée! Mais c’est peut-être un mal pour un bien. L’un des sujets dont je voulais justement vous parler a trouvé son épilogue jeudi: il s’agit de la crise interne traversée par le groupe Volkswagen. Jeudi, donc, le conseil de surveillance du groupe a confirmé dans un communiqué la prolongation du mandat du patron Herbert Diess jusqu’en 2025. Cette décision s’accompagne cependant de mesures qui encadrent le pouvoir du dirigeant. Ainsi, c’est Ralf Brandstätter, le patron de la marque VW, qui prend la responsabilité de la Chine.

Herbert Diess a eu chaud. Et, à en croire la correspondante économique du Monde outre-Rhin, cela s’est vu en conférence de presse.

Pendant plusieurs semaines, Volkswagen a tangué. C’était une crise comme le géant allemand en connaît de façon chronique. «Diess s’est retrouvé face à la gouvernance…

Cet article est réserve aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.

L’économie ne s’arrête jamais, comme la liberte.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Deja abonné ? Connectez-vous

.

Leave a Comment