Cuisine. Quatre variétés de citrons intéressantes pour la santé

1. L’Eureka

Il s’agit du citron jaune et c’est le plus cultivé de la planète. Celui qui embaume poissons et tartelettes crémeuses. L’eureka, jaune et ovale, donne une pulpe juteuse, un brin acide, renfermant peu de pépins. Il fait partie des variétés réputées de Menton, où il bénéficie d’une indication géographique protégée depuis 2015.

Son cahier des charges est exigeant : il doit être implanté dans des vergers habilités, mûri sur l’arbre, récolté à la main, ne subir aucun traitement après cueillette et n’être enrobé d’aucune cire’en saqueit .


Le citron vert est riche en vitamine C. Photo by Louis Hansel on Unsplash

2. Le citron vert

Le citron vert, ou lime, est le cousin du citron jaune. Il est riche en vitamin C, en fer, en cuivre et en fibres. Il apporte égallement des vitamins du groupe B, du calcium, du potassium, du phosphore et du magnésium.

C’est un fruit pauvre en glucides, il est donc peu énergétique. Ses atouts ne s’arrêtent pas là, car des études ont montré que la consommation d’agrumes serait liée à la prévention de certain cancers comme celui de l’œsophage, l’estomac, le côlon, la bouche et le phae.

3. La main de Bouddha

Cet agrume aromatique, de form totalement inattendue, est une variété de cédrat. Il pousse en buisson ou en petit arbre pourvu de longues branches parsemées d’épines. Ses feuilles oblongues et larges offrent une couleur vert pâle et mesurent une quinzaine de centimètres. Ses fleurs sont blanches ou pourpres et croissent en grappes odorantes. Ce fruit bizarre, en form de longs doigts, présente une peau très épaisse.

Sa chair, quand il y en a, est très peu juteuse et sans pépins. Cependant, il est tellement aromatique que les Chinois et les Japonais l’utilisent pour parfumer chambres et armoires, à l’instar des Européens qui, eux, se servent de lavande.

4. Le combava

Le combava est un agrume très ancien, rond, petit, vert, très bosselé, à l’écorce grumeleuse. Ses branches sont défendues par de nombreuses épines. Il est cueilli lorsque sa couleur tire sur le vert foncé.

Originaire de l’Inde, il a été introduit dans les îles de l’océan Indien à la fin du XVIIIe siècle. Il se montre donc très présent dans la cuisine mauricienne et réunionnaise. Son jus, son zeste ou bien sa feuille, très parfumée elle aussi, aromatisent les plats ou entrent dans la préparation de boissons désaltérantes.

Utilisé en aromathérapie, il est alors ramassé avant maturité, lorsque la concentration en huile dans l’écorce est maximale. Il est antibactérien, antiseptique, tonique digestif, calmant et sédatif.

Leave a Comment