La Wallonie se prémunit contre les élevages industriels de dindes… qu’elle n’a pas

La densité de volatiles est désormais réglementée et si le nombre d’oiseaux est supérieur à 200, ils doivent disposer d’un espace extérieur. La Flandre qui possède des élevages intensifs va-t-elle suivre ?


Article réserve aux abonnes

Journaliste au service Société


Temps de lecture: 2 min

Une fois n’est pas coutume, ce lundi, l’association de défense des animaux Gaia a félicité à demi-mot le monde politique et, en particulier, le gouvernement wallon. Ce dernier vient, en effet, d’adopter un projet d’arrêté relatif au bien-être des dindes dans les élevages. Un texte qualifié de « compromis honorable » par l’association qui a pris part (tiens, tiens) à sa rédaction au sein du conseil wallon du Bien-être animal avec des experts scientifiques et des représentants du secteur agricole.

Ce texte ne manquera pas d’en étonner certains. Il réglemente l’élevage industriel alors que la Wallonie n’en compte aucun sur son territoire, contrairement à la Flandre. Il n’existe pas non plus d’élevage d’animaux reproducteurs en Belgique. Les éleveurs sont généralement fournis en poussins par des couvoirs qui importent les œufs à couver de l’étranger. L’arrêté se veut donc préventif. Il vise effectivement à éviter l’installation d’élevages industriels peu soucieux du bien-être de l’animal.




Cet article est réserve aux abonnés

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reports de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

.

Leave a Comment