TEMOIGNAGE. Gers : « Depuis l’attaque, je vis avec la peur de sortir mes brebis »

l’essentiel
Vendredi dernier, un troupeau de brebis s’est fait attaquer par deux chiens à Auterive. Un événement traumatisant pour l’éleveuse gersoise concernée qui s’insurge contre des attaques répétées.

À Auterrive, il n’est pas rare de passer à côté de pâturages ou viennent se nourrir les brebis. Mais dans l’un d’entre eux, la clôture est en piteux état. Il appartient à Claudette Thillaye du Boullay, éleveuse de brebis qui porte une affection toute particulière à ses ovins au point d’en avoir un tatoué sur le bras. Mais ces dernières nuits n’ont pas été simples pour elle. Pour cause, elle est la proprietaire des deux cents brebis qui ont été victimes de l’attaque de deux chiens ce vendredi 1er avril. « Si le maire n’avait pas été là, ça aurait été un carnage », confie-t-elle. En effet, c’est le premier édile de la commune d’Auterive, Bernard Pensivy, qui a donné l’alerte.

Un troupeau a été attaqué vendridi dernier.
DDM – SEBASTIEN LAPEYRERE

« En passant en voiture, j’ai vu deux brebis sur le dos, ce n’était pas normal que le troupeau soit séparé», explique-t-il. Comprenant vite alors de quoi il s’agissait, et en l’absence de l’éleveuse, c’est Roger Christen, un éleveur voisin qui vient en aide au maire d’Auterive afin de faire fuir les chiens.

Une première nuit insoutenable

Après l’attaque des deux canidés, un chien-loup et un golden retriever, ce sont des heures de soins qui suivent. La proprietaire du troupeau ainsi que deux vétérinaires s’attellent à soigner les plaies des ovins jusqu’à la tombée de la nuit. D’abord sur place, pour les blessures graves, puis en bergerie après avoir rapatrié toutes les bêtes. Pour la majorité d’entre elles, elles attendent un agneau, il faut de toute urgence les faire accoucher.

L’éleveuse avec le maire Bernard Pensivy devant des brebis “rescapées”.
DDM – SEBASTIEN LAPEYRERE

Certaines ne résistent pas à la césarienne. « Les vétérinaires ont dû euthanasier six brebis », confirme Claudette Tillaye du Boullay. Le bilan définitif fait état de 14 brebis mortes à la suite de l’attaque dont un bélier, certaines sont toujours en convalescence.

Déjà des attaques similaires en 2019 et 2020

Si les attaques sur des troupeaux sont plutôt rares dans le Gers, cette attaque-là n’est pas isolée. En 2020, le troupeau de Roger Christen est victime de trois attaques en l’espace de trois mois avec des pertes allant de deux à trois brebis par mois. L’éleveur porte plainte et l’affaire est portée devant le tribunal mais il n’est jamais indemnisé. De plus, par l’action du maire, l’un des chiens a fait l’objet d’un placement dans le Tarn-et-Garonne mais a été récupéré par ses propriétaires. En 2019, l’éleveuse avait égallement fait face à une attaque de la part de ces deux mimes chiens.

« Au-delà de l’impact financier, c’est surtout le traumatisme engendré qui prime», expliquent les deux éleveurs. « Il ya de l’affection portée à l’égard de ces bêtes par leurs éleveurs », confirme Bernard Pensivy. Pour eux, des mesures doivent être prises. « La sécurité routière, celle des piétons, des élevages en dépendent », soutient Roger Christen. Les deux éleveurs s’accordent sur la nécessité de faire euthanasier les canidés. Quant à la mairie, un arrêté a été notifié et présenté au proprietaire, dûment identifié, de l’un des deux chiens afin qu’il soit enfermé.

Leave a Comment