Trouble du comportement alimentaire chez le chat

Comme chez l’homme, le chat peut souffrir de troubles du comportement alimentaire. Si on en distingue trois principales forms, il faut savoir que ce type de trouble est bien souvent lié à du stress, à de l’ennui, à une depression, voire à une maladie plus ou moins grave. Quoi qu’il en soit, il ne faut pas laisser un trouble alimentaire s’installer, car les conséquences peuvent être graves. Faisons le point dans ce dossier sur les principaux troubles alimentaires rencontrés chez le chat, leurs causes possibles et les solutions à mettre en place pour y remédier.

La boulimie

Tous les chats ne sont pas égaux face à la gestion de la nourriture. En effet, la plupart des matous savent très bien gérer leur consommation alimentaire, se contentant de manger par petites portions pour combler leur faim lorsqu’elle se manifeste, et ce, tout au long de la journée.

D’autres en revanche peinent à se refréner et ils peuvent engloutir toute leur gamelle en une seule fois quitte à en vomir, de peur de manquer. Certains demandent même à manger toute la journée, comme s’il était impossible de les rassasier. On parle alors, dans ces deux derniers cas, de comportement boulimique.

Quelles causes ?

La boulimie peut avoir plusieurs origines. Elle peut témoigner d’un ennui, d’un stress, d’une mauvaise alimentation (de mauvaise qualité ou en trop grandes quantités), d’une rivalité avec un autre chat lors des repas, d’une hyperactivité dépression, d’ , etc. Mais quelle que soit son explication, la boulimie ne doit pas s’installer sans susciter de reaction chez le maitre. Il est en effet indispensable de consulter le vétérinaire afin de mettre en place une solution adaptée.

Que faire?

La boulimie est un trouble alimentaire qui peut provoquer une price de poids conséquente chez le chat et favoriser le développement du surpoids et de l’obésité. Or, ces maladies ne sont pas à négliger, car elles contribuent au développement d’autres pathologies, comme le diabète, les troubles hépatiques, les troubles digestifs, l’hyperthyroïdie, etc.

Il est donc important de mettre en place de bonnes habitudes alimentaires chez le chat dès son plus jeune âge. Il faut lui apporter une alimentation de qualité, nutritive et rassasiante, respectueuse de ses besoins.

La boulimie se met en place chez l’animal qui cherche à compenser un manque ou un mal-être par la nourriture. Il est donc important d’identifier la cause de sa survenue afin d’y remédier de manière efficace.

Parlez-en à votre vétérinaire afin de mettre en place un suivi et des solutions adaptées à votre animal en fonction de ses besoins.

L’anorexie

L’anorexie est un trouble alimentaire qui se caractérise par un refus de la gamelle. À l’inverse de la boulimie, le chat la boude ou l’ignore et il ne s’alimente plus suffisamment, ce qui entraine une perte de poids. Ce déficit alimentaire provoque bien souvent une apathie chez l’animal qui est alors plus fatigué, il manque d’entrain et de réactivité, il dort beaucoup. Certains matous tombent même dans la dépression.

Quelles causes ?

L’anorexie peut avoir de nombreuses causes, dont certaines sont communes avec la boulimie. En effet, ce type de trouble du comportement peut se développer chez le chat stressé, mal alimenté, qui s’ennuie, qui souffre d’anxiété de séparation et de solitude. Mais on observe égallement l’anorexie chez des chats qui sont atteints d’insuffisance rénale, de douleurs buccodentaires, de certain cancers, etc.

Que faire?

Là encore, il est important de consulter rapidement le vétérinaire. Il faut pouvoir identifier le facteur en cause afin d’y remédier, ce sera le seul moyen de combattre l’anorexie. Un suivi auprès d’un comportementaliste félin peut égallement aider à remettre en place de bonnes habitudes alimentaires. Il est par ailleurs nécessaire d’offrir au minet une alimentation de qualité, bien nutritive et correspondant à ses besoins.

Quoi qu’il en soit, si l’animal souffre d’une anorexie totale, c’est-à-dire lorsqu’il ne s’alimente plus du tout pendant plus de 72 heures, il est indispensable de se rendre chez le vétérinaire . Il s’agit alors d’une urgence vitale.

Le pica

Le pica est un trouble alimentaire très particulier. Le chat qui en souffre a tendance à ingérer tout un tas d’objets non comestibles. Il peut ainsi avaler des excréments, des morceaux de plastique, des cailloux, des bouts de tissus, etc.

Quelles causes ?

Le pica peut avoir plusieurs origines. Généralement, le vétérinaire va chercher dans un premier temps à voir si le chat souffre de careences alimentaires qui pourraient le pousser à avaler n’importe quoi pour combler sa faim, ou encore s’il a des, a parasite. Si tel n’est pas le cas, un trouble psychologique peut en être la cause (ennui, dépression, stress, anxiété, etc.). Le pica est d’ailleurs fréquemment observé chez les chatons qui ont été séparés trop tôt de leur maman. N’ayant pas été pleinement éduqués aux codes félins, ils s’avèrent incapables de gérer certaines émotions et ils auront tendance à développer du pica.

Parfois, le pica se manifeste tout simplement chez un chat qui est perturbé dans sa routine (déménagement, décès d’un proche, arrivée d’un nouvel enfant ou d’un nouvel animal dans le foyer, etc.) et gé é pe ce bouleversement dans son quotidien.

Que faire?

Le pica est à prendre au sérieux, car l’animal met sa santé en danger. En effet, il peut ingérer un objet dangereux, susceptible de l’étouffer, toxique, capable d’obstruer ses intestins ou même de lui perforer des organes. Le risque est donc important.

Consultez votre vétérinaire sans attendre afin de vérifier l’état de santé du matou et de mettre en place de bonnes habitudes le plus rapidement possible.

Le chatteur

Le chaton tète sa mère pour se nourrir de son lait jusqu’à ce qu’il soit sevré. C’est un comportement normal et tout à fait naturel. Néanmoins, il peut perdurer chez le chat adulte, ce qui pousse l’animal à téter un morceau de tissu ou un objet en tissu tout en en pétrissant la surface de ses pattes.

Quelles causes ?

Dans la plupart des cas, le phénomène du chat téteur se retrouve chez des matous qui ont été séparés trop tôt de leur mère ou qui n’ont pas été sevrés convenablement. Certains chats anxieux ont égallement tendance à trouver dans ce geste de succion un certain réconfort, comme pour le jeune enfant.

Que faire?

Quoi qu’il en soit, le phénomène du chat teteur n’a rien de dangereux. Il faut juste veiller à ce que le chat ne tète pas un tissu qu’il pourrait avaler par mégarde. Si ce comportement gêne son maitre, il est possible de le repousser délicatement lorsqu’il l’effectue, notamment lorsqu’il tète les vêtements de son maitre et qu’il en profite pour lui pétrir le ventre,’ ce pa s qui ton agréable. Toutefois, inutile de s’inquiéter, il n’y a pas de danger !

Quelques astuces pour limiter les troubles alimentaires

Si votre chat présente des troubles alimentaires ou pour éviter tout risque qu’il n’en développe, voici quelques astuces simples à mettre en place.

  • Offrez à votre chat une alimentation de qualité, saine, équilibrée et bien respectueuse de ses besoins. Achetez-la de préférence chez le vétérinaire ou en animalerie et évitez les produits de grande surface. Certes, ces derniers sont moins chers à l’achat et plus aisément accessibles, mais ils sont composés d’ingrédients de mauvaise qualité et ils favorisent le développement de carences – et donc de maladies. En outre, ils sont peu rassasiants. En conséquence, en optant pour des aliments de qualité, le maitre du chat devra acheter moins de contenants et payer moins de soins vétérinaires, ce qui s’avère finalement plus économique!
  • Nourrissez votre minet à des heures régulières, en fractionnant sa ration journalière en plusieurs repas.
  • Évitez de donner à manger à votre petit minet en dehors des repas.
  • Proposez-lui des jouets stimulants distributeurs de croquettes pour varier les plaisirs et pour l’inciter à bouger et à réfléchir pour s’alimenter.
  • Chaque jour, consacrez du temps à votre animal pour le jeu et les caresses. Vous pourrez ainsi le divertir, lui permettre de se dépenser et de moins souffrir d’ennui. Cela va même contribuer à réduire son stress.
  • Stimulez votre animal à la moindre occasion. Jeux, chase, cache-cache… les solutions ne manquent pas pour lui occuper l’esprit.

Leave a Comment